7 octobre 2017

Wayne Simmonds

(info sur Wayne Simmonds)

Préparation pour la saison de hockey

Thomas Kieller

Photo – Copyright Len Redkoles (Flyers de Philadelphie)

Wayne Simmonds : Il fait dévier la rondelle devant le filet.

Repêché par les Kings de Los Angeles où il a joué ses trois premières saisons, Wayne a fait depuis ce temps bien du chemin. En effet, ce joueur athlétique a réussi à s’imposer dans la Ligue nationale de hockey (LNH) avec son équipe actuelle, les Flyers de Philadelphie. Le gars qui est né et qui a grandi à Scarborough, aux abords du lac Ontario au Canada, n’hésite jamais à fournir l’effort nécessaire sur la glace. Il n’arrête pas de patiner et de travailler tant en zone offensive que défensive. Certes, cet ailier performe à son meilleur devant le filet. En supériorité numérique, il n’hésite pas à se battre pour une position où il peut dévier la rondelle ou s’emparer d’un retour égaré. Il possède aussi un lancer qui peut surprendre les gardiens adverses. D’ailleurs, que cela soit à 5 contre 5 ou avec l’avantage d’un joueur, il a cumulé un total de 120 buts lors des quatre dernières saisons. Il a su démontré qu’il peut marquer sur une base régulière. Le Canadien, surnommé Wayne Train par ses coéquipiers et les supporteurs de hockey, contribue aussi pour son équipe par son jeu physique. Travailleur dans l’âme, on voit bien que Wayne se donne à fond sur la glace pour les Flyers.

L’entrevue a été réalisée le 1er octobre 2017 en anglais.

Entraînement d’un joueur lors de l’entre-saison

Thomas Kieller : Quand la saison se termine, tu prends bien entendu une pause. Combien de temps cela dure? De plus, quand recommences-tu à t’entraîner à l’extérieur de la glace puis après sur la glace?

Wayne Simmonds : Habituellement après la saison, je prends un mois de pause afin de libérer mon esprit. Je ne veux pas vraiment penser au hockey. C’est l’été, alors pourquoi ne pas en profiter. Après cette période, je vais commencer mon entraînement, mais je ne vais pas aller sur la glace généralement avant le mois d’août. J’aime bien garder le temps de glace au minimum durant l’été. Donc, quand je reviens sur la glace, je suis excité et je suis prêt à tout donner pour le camp.

Thomas : Que fais-tu dans un gymnase concernant la force et la puissance qui sont requises pour le hockey?

Wayne : Quand je vais dans un gymnase, je vais passer par différentes phases. Au début de l’été, je veux que mon corps revienne en forme car je suis un peu rouillé. Du mois, un peu! Donc, il faut remettre cela en place. À partir de là, je fais un entraînement où on retrouvera des exercices d’explosivité et de force. Bref, l’été est long et comme j’ai dit il y a des différentes phases pour tout faire.

Thomas : À l’extérieur de la glace, quels exercices fais-tu pour améliorer ton agilité et ta vitesse?

Wayne : Pour l’agilité, je fais beaucoup d’exercices d’athlétisme comme des exercices avec des cônes et aussi des courses de 300 mètres. C’est plus des intervalles et des choses similaires qu’on fait. C’est presqu’un sprint. Toutefois, il faut dire qu’on ne va pas à 100 % de notre vitesse.

Thomas : Durant la saison morte, est-ce que tu fais l’entraînement pour ton système cardio-respiratoire?

Wayne : Concernant le cardio, cela n’entre pas en jeu avant le mois d’août puisque tu veux développer premièrement ta force et ta puissance. Par contre, quand le mois d’août arrive, c’est le temps où on se lance dans le cardio. Je saute sur un vélo stationnaire de type Airdyne (Airdyne bike) et je fais l’exercice du grimpeur inversé (reverse climber exercise). Aussi, je fais encore plus de 300 mètres en aller-retour. C’est probablement la partie de l’été pour moi. Ha ha ha!

Thomas : À propos de tes habilités de hockeyeur, que fais-tu pour tes mains et ton contrôle de rondelle?

Wayne : Durant l’été, nous faisons normalement des exercices d’habilité de hockey tous les mercredis. Il y a des gars qui viennent et qui mettent sur le sol des objets originaux et nous pratiquons le maniement du bâton comme les « toe drags », les « backhand flips » et d’autres mouvements de cette nature. Je ne suis pas le plus grand fan de cela et ce sont pour moi des journées un peu plus ennuyantes. J’aime frapper, faire des mises en échec et tout ce qui tourne autour de cela.

Thomas : Puis, lorsque le camp de pré-saison des Flyers arrive en septembre, vous travaillez plus sur quels aspects du jeu?

Wayne : Quand le camp d’entraînement arrive, tu cherches encore ton souffle. Bien entendu, j’ai fait du cardio pendant l’été, mais ce n’est pas la même chose que sur la glace et lorsque tu patines. Nous faisons des exercices de possession de la rondelle et on travaille plus aussi le côté système et structurel du hockey. Vraiment quand tu es au camp d’entraînement, tu laisses aller tes jambes, ton rythme cardiaque augmente et tes poumons suivent.

Attitude sur la glace

Thomas : Un des éléments clés pour le succès d’une équipe dans la LNH est le jeu défensif collectif. Que fais-tu pour contribuer sur ce point à titre de joueur?

Wayne : Je pense qu’un des éléments du jeu défensif dans sa zone est de donner l’effort nécessaire. La défensive se caractérise avant tout sur comment fort tu travailles. En somme, c’est toute la pression que tu vas exercer sur l’autre équipe. Dans mon cas, je vais donner tout l’effort que je peux à ce travail. Tu veux être toujours être du bon côté de la rondelle tout en jouant d’une manière intelligente.

Thomas : Qu’est-ce que tu aimerais améliorer dans ton jeu concernant ta condition physique ou à propos de l’aspect technique du hockey?

Wayne : Tu peux toujours améliorer ton jeu. Je pense qu’il n’y a rien que tu peux être complètement satisfait. Il y a toujours quelque chose à peaufiner et que tu peux travailler.

Thomas : Merci Wayne. Bonne saison de hockey!